FIFPro

FIFPro

UNE PENSION DE MI-VIE POUR LES FOOTBALLERS?

Le syndicat des footballeurs portugais SJPF demande au Parlement de modifier la législation nationale afin que les joueurs puissent accéder à un fonds d'épargne fiscalement avantageux, âgé de 35 ans, alors que beaucoup luttent contre une baisse de salaire.
Plusieurs syndicats membres de la FIFPro ont mis en place de tels fonds, notamment en Finlande, en Slovénie, en Suède et au Zimbabwe. Dans d’autres pays, tels que le Portugal et le Royaume-Uni, la législation empêche les footballeurs d’accéder à une pension en milieu de travail.
Un changement de loi au Portugal aiderait à soutenir les joueurs qui ne peuvent pas trouver immédiatement une deuxième carrière, ou qui ont subi une maladie ou une blessure soudaine. Au Portugal, environ sept joueurs sur dix ont des problèmes financiers lorsque leur carrière s’arrête brusquement.
L’ancien attaquant celtique Amido Balde (sur la photo), par exemple, a été contraint de s’appuyer sur le fonds de prévoyance du syndicat portugais pour obtenir de l’argent lui permettant de survivre alors qu’il souffrait d’une grave maladie pulmonaire l’année dernière. Il n’a touché aucun revenu pendant près d’un an, car sa maladie - une artère obstruée - n’était pas couverte par une police d’assurance pour blessures sportives qu'il avait contractée au club de première division Maritimo.
Les footballeurs comme Balde ne peuvent accéder à une pension avant l'âge de 55 ans au Portugal, ce qui est comparable aux travailleurs d'autres secteurs.
 "Nous avons pu aider Amido mais nous ne pouvons pas aider tout le monde", a déclaré l'avocat de la SJPF, Joao Oliveira.
Oliveira a déclaré que plusieurs partis politiques étaient ouverts au projet après avoir appris combien de joueurs au Portugal au salaire modeste rencontraient des difficultés.
Selon la proposition du syndicat, les footballeurs pourraient contribuer jusqu’à 7 000 euros par an à un fonds dont la moitié est exempte d’impôt. Pour encourager les joueurs à commencer à épargner tôt, le syndicat propose de rendre obligatoire le versement de 5% de leur salaire à la caisse.
"Nous voulons nous assurer que les jeunes joueurs sont préparés pour l'avenir", a déclaré Oliveira. "L’idée d’épargner n’a pas d’attrait à 20 ans, mais elle peut faire toute la différence quand on est plus âgé."
Aux Pays-Bas, les joueurs doivent verser 30% de leur salaire dans un fonds d’après-carrière. Selon une étude réalisée en 2014, environ 15% des joueurs du pays mettent un à trois ans à trouver un emploi après leur carrière.
En septembre, la SJPF a annoncé son intention de créer un fonds de pension bénéficiant du soutien financier de la fédération portugaise de football. Le syndicat encourage également activement les joueurs actifs à commencer leurs études pour une deuxième carrière.

FIFPro
02 Février 2019

Toutes les actualités
FIFPro UNFP Fédération Royale Marocaine de football DPPI